Conclusion

Grâce à ce mémoire, j'ai beaucoup fait évoluer ma pratique artistique qui était encore très dispersée au début de ma maîtrise. La rédaction et les recherches théoriques m'ont amenée à mieux comprendre les enjeux qui m'animent et à mieux les circonscrire. J'ai appris à être moins cartésienne dans mon travail d'atelier et à incorporer l'expérimentation, aussi maladroite et erronée soit-elle. Auparavant, mon processus artistique s'ancrait davantage dans la pratique que dans la théorie. Mais mes lectures sur différents sujets, tel le post-Internet, les théories sur l'humour et les notions tournant autour de l'esthétique de l'erreur, m'ont permis d’étendre mes intérêts en vue d'alimenter mes nouvelles peintures. Ces notions m’aident à faire que mes oeuvres forment un ensemble cohérent, tout en inspirant mes recherches et mes choix d'images. Cette recherche-création était aussi le moment opportun pour tester et expérimenter des styles picturaux, des techniques plastiques et des compositions hétéroclites. Il peut sembler étrange de risquer d’appliquer différentes méthodes parfois moins contrôlées et d'intégrer volontairement les erreurs rendues à ce stade de la maîtrise. Mais je perçois la recherche-création comme un terrain de jeux où je pose des questions plus que je ne trouve de réponses. Je cherche à jouer et à expérimenter plutôt que d’essayer de tout contrôler et ainsi restreindre mes élans. Au moment d’écrire ces lignes, la majorité des tableaux qui seront présentés lors de mon exposition de fin de maîtrise sont encore à faire et je trépigne d'impatience de continuer à tester, expérimenter, échouer, rater, me tromper ou de faire fausse route dans leur construction.


La rédaction de ce mémoire m'a aussi permis de mieux faire dialoguer la théorie et la pratique. Elles se répondent, se complètent et s'influencent. J'ai aussi appris à jouer avec les différents volets de mon sujet. La cyberculture, influencée par le post-Internet, sert de source principale pour la majorité de mes peintures. Sa diversité de sujets m'offre un éventail infini de possibilités pour créer des tableaux éclectiques et sa culture des remix, une intarissable source d’inspiration. En plus de constituer une source inlassable d'idées, les images issues de la communauté vernaculaire du Web communiquent selon moi d'une façon tout à fait singulière et moderne.


L'humour, qui était plus présent dans ma peinture au début de la maîtrise, a évolué pour venir teinter mes tableaux plutôt que d'être le sujet central. Peindre des toiles amusantes et drolatiques permet de traiter d'une multitude de sujets avec légèreté tout en ajoutant une dimension supplémentaire à l'expérience de la peinture, soit de décoder la blague présentée et d'éprouver de l'amusement grâce à celle-ci. En élaborant des tableaux incongrus et comiques, je cherche à reproduire le ton utilisé dans les images et les mèmes d'Internet avec la même désinvolture, mais aussi à me libérer et à éluder l'austérité et le sérieux associés à la peinture traditionnelle et académique.


Finalement, le dernier volet à s'être greffé à ce mémoire est l'intégration des erreurs dans mon processus créatif. Initialement, le thème de l'erreur servait à limiter mes choix d'images numériques en se trouvant dans le sujet à peindre. Il a ensuite évolué pour se retrouver plutôt dans ma méthodologie; soit dans la recherche d'images et dans la réalisation de mes peintures. Ce faisant, je cherche à magnifier les erreurs, à confirmer l'importance de l'expérimentation et à insuffler un relâchement de l'anxiété de performance dans la pratique artistique. L'esthétique de l'erreur et sa glorification aident indéniablement à améliorer les compétences artistiques, tout en présentant humblement aux regardeurs un aperçu du processus et des accidents encourus.


Après mes études universitaires, je souhaite poursuivre mes expérimentations et peut-être même tester d'autres médiums, tels que le dessin, la sculpture, voire même l'installation. Je souhaite oser encore plus en tentant des approches plus téméraires dans la taille ou la forme des formats, dans l'application de la peinture, dans le type de sujet et dans la présentation des oeuvres. J'aimerais aussi essayer une approche autodidacte dans mes prochains apprentissages techniques. Cependant, il est certain que la peinture conservera une place très importante dans ma pratique artistique. En poursuivant mon approche iconophile et en m'inspirant de l'imagerie virtuelle de la cyberculture, je tenterai de réaliser mes propres collages mémétiques à partir de mes photographies ou chercherai à créer des mises en scène insolites que je viendrai peindre par la suite. Pour l'élaboration de mes prochaines peintures, je voudrais aussi m'inspirer de la stratégie publicitaire douteuse des pièges à clics avec leurs images en vignette étranges et énigmatiques que l'on retrouve souvent sur des sites Internet.